Classification des rapides

Classe I

Négociation facile; courant faible rarement supérieur à 2m/s, vagues inférieures à 15cm. Le meilleur passage est large et évident.  Les obstacles s'évitent facilement.  Une maîtrise de l'embarcation en eau calme est nécessaire.

Classe II

Négociation mouvementée; la vitesse du courant peut atteindre 3m/s et les vagues (jusquMà 80cm) sont régulières.  Les passages sont francs, faciles à discerner mais nécessitent quelques manoeuvres.  Les contre-courants sont fréquents et faciles à accrocher, petits seuils (60cm).  Des connaissances de base (manoeuvres, gîte, sécurité) en eau vive sont requises.  S'il y a dessalage, il y a risque de bris ou de perte de matériel pour les débutants.  La récupération est facile.

Classe III

Négociation difficile; la vitesse du courant peut atteindre 4m/s et est difficile à neutraliser en bac arrière.  Les vagues irrégulières sont hautes (1 - 1,5m).  Le meilleur passage n'est pas toujours visible de l'embarcation, mais devient évident de la rive.  Les manoeuvres doivent être précises.  Les contre-courants peuvent être courts mais il y a des points d'arrêts possibles avant les passages délicats.  On rencontre des seuils de 1m, des drossages, des trous et des rouleaux.  Une maîtrise avancée de la technique est nécessaire.  La reconnaissance est généralement nécessaire pour les canots ouverts et la flottaison ajoutée est recommendée.  La récupération n'est pas trop difficile pour une équipe expérimentée.  Ces rapides peuvent être dangereux pour les pagayeurs et le matériel s'ils sont longs.

Classe IV

Négociation très difficile; courant très rapide (jusqu'à 6m/s), vagues hautes (2m et +).  Rapides avec passages étroits et nombreux obstacles dangereux exigeant des manoeuvres très précises et une grande expérience de l'eau vive.  Parcourt souvent unique et difficile à identifier.  Une reconnaissance à partir de la rive est nécessaire lors d'une première descente.  Les points d'arrêt sont rates et difficiles à accrocher.  Les contre-courants sont courts et instables.  Rouleaux, seuils (2m), rappels, drossages, trous dessalatoires.  Récupération difficile; flottaison ajoutée indispensable pour les canots ouverts.

Classe V

Négociation extrêmement difficile; rapides réservés aux experts après reconnaissance à partir de la rive.  Assistance de la rive recommandée.  Courant très puissants, marmites, violents ressacs, vagues très hautes et irrégulières, contre courants très turbulents qu'il faut généralement éviter, trous énormes, violents drossages, puissants rouleaux, gros seuils (2m et +) vagues explosives, pas de planiol.  Les passages sont complexes à négocier et exigent des manoeuvres puissantes et très précises.  Les obstacles sont souvent impossible à éviter.  La visibilité est limitée (virages, hautes vagues) et les points de repère sont difficiles à mémoriser.  Récupération très difficile, très dangereux s'il est long.

Classe VI

Généralement infranchissable pour tout type d'embarcation en raison de la pente, de l'encombrement et du volume.  Une fausse manoeuvre peut entraîner un risque pour la vie.  À la limite des possibilités de la technique et de l'équipement actuel.

Source: Fédération Québécoise de Canot-Kayak (FQCK)